Home Divers Business foot

0 343

L’ancien star du football anglais, David Beckham, continue d’avancer dans son projet de création d’une franchise de soccer à Miami pour le compte de la MLS. L’icône anglais est actuellement en prospection pour trouver sponsors et partenaires, ainsi qu’un lieu pour y implanter le futur stade de son équipe.

Le quotidien Daily Mail nous apprend ce mardi que David Beckham se trouve actuellement à Miami pour monter une offensive de charme afin de lever 125 millions de £ pour l’aider dans son projet de créer une nouvelle franchise MLS de soccer dans la ville de Floride, connue pour ses plages, mais aussi ses soirées branchées.

Le projet de David Beckham est grandiose puisqu’il compte implanter son équipe et son stade sur le front de mer de Miami. Pas très loin des casinos de la ville mais aussi proche de la mer à la manière de l’Opéra de Sydney. L’arène futuriste comptera 25.000 places et pourrait être achevée à l’horizon 2018. L’enceinte comptera un restaurant et une discothèque de quoi poursuivre la soirée de façon festive après un succès de sa future équipe.

D’autre part, depuis lundi, David Beckham s’efforce de rencontrer les politiques locaux pour faire passer le message que son projet ne coûtera pas un centime à la ville et à ses administrés déjà bien endettés avec la franchise locale de base-ball qui a fait construire son stade par les deniers publics.

0 324
Zlatan Ibrahimovic

Au-delà du fait qu’il est le meilleur buteur et meilleur joueur de notre championnat, Zlatan Ibrahimovic, la star du PSG, est également le footballeur le mieux payé de France.

En tête du classement des buteurs de L1 avec 25 réalisations après 29 journées, Zlatan Ibrahimovic est également et de loin le joueur de Ligue 1 le mieux payé. L’attaquant Suédois du PSG touche 18 millions d’euros brut de salaire annuel, et devance son coéquipier Thiago Silva (15 millions d’euros) et l’attaquant colombien de Monaco Radamel Falcao (14 millions d’euros), selon un classement publié ce mardi par France Football.

Au pied du podium, on retrouve les autres Parisiens Blaise Matuidi (12 millions d’euros) et Edinson Cavani (10 millions d’euros). Sept joueurs parisiens figurent d’ailleurs  dans le Top 10. Thiago Motta (7e avec 6,6 millions),Ezequiel Lavezzi (8e avec 6,6 millions) et Maxwell (10e avec 5,5 millions) complètent alors que la 6e place est occupée par le Lyonnais Yoann Gourcuff (7,6 millions d’euros). A noter que le Monégasque James Rodriguez est lui 9e de ce classement avec 6 millions d’euros.

0 731

D’Allemagne, où le Bayern Munich est roi, on porte un regard mitigé et accusateur sur le duo PSG-Monaco qui est censé devenir la locomotive du football français.

Pour le responsable de la Bundesliga, le modèle économique de ces deux clubs peut faire beaucoup de mal au football français : « «Je pense que si nous défendons le principe de solidarité, le risque d’infection n’est pas élevé. Mais ce qui se passe en France, par exemple, est un grand danger pour le football local, estime le président de la Bundesliga. Le PSG et Monaco ont déversé des centaines de millions d’euros dans le marché. Les injections artificielles d’argent mènent vers le déséquilibre, le manque de compétitivité et, au final, à l’échec», a-t-il déclaré dans un entretien accordé au magazine brésilien, Lance !

«Manchester City n’est pas un exemple sur le plan commercial. Quand on a 200 millions de pertes par an, on est à l’opposé d’un modèle d’affaires. En Espagne, il y a de grands banquiers, ailleurs il y a des cheikhs. Dans le football, ceux que j’appelle des «radicaux libres» trouvent rarement le succès. Portsmouth a eu trois propriétaires en six semaines et pour la seconde fois le club est au bord de la faillite», a-t-il ajouté.

0 1484
Ibra et Abidal

Si les supporters de l’Olympique de Marseille détestent toujours autant le PSG, la tendance semble s’inverser dans la région marseillaise. Un magasin de sport révèle même qu’un maillot sur trois vendus est un maillot du PSG.

Dans les colonnes de La Provence, le responsable de la boutique Espace Foot de la rue de Rome à Marseille, confirme : « 90% des maillots du PSG vendus sont floqués au nom d’Ibrahimovic, assure-t-il.

« En résumé, on vend un maillot du PSG pour trois de l’OM. Le temps où on avait peur de sortir avec la tunique parisienne est révolu; maintenant, les gens à Marseille osent acheter le maillot du PSG! » a-t-il ajouté.

 

0 1434

Le Qatar qui, a successivement obtenu l’organisation de la Coupe du Monde 2022, acheté le PSG et créé la chaine Bein Sport, songerait à racheter le quotidien sportif français, L’Equipe.

Dans le journal sportif Le 10Sport, devenu mensuel depuis le début de l’année 2014, est évoqué l’envie du Groupe Amaury, propriétaire entre autres de L’Equipe, du Parisien-Aujourd’hui en France et du Tour de France, de vendre son quotidien sportif qui depuis plusieurs années perd des lecteurs (encore -11,4 % en 2013, ndlr), et dont la nouvelle formule lancée l’année dernière n’a pas eu l’effet escompté.

Le mensuel sportif parle d’investisseurs qataris qui seraient intéressés par le rachat du quotidien sportif français. Sa propriétaire, Marie-Odile Amaury, aurait fait le déplacement au  Qatar pour évoquer cette vente. Toutefois, les Qataris souhaiteraient également racheter dans le lot, ASO, qui gère entre autres, l’organisation du Tour de France et du Dakar. Reste que ce dernier est la seule entité qui rapporte de l’argent au groupe Amaury. Du coup, la propriétaire aurait décliné l’offre des Qataris.

Ce ne serait que partie remise selon Le 10 Sport qui ambitionnait un temps de rivaliser avec L’Equipe. D’ailleurs, ce dernier a fait condamner L’Equipe récemment par l’autorité de la concurrence. Le groupe Amaury doit verser 3,5 millions d’euros pour avoir « mis en oeuvre une stratégie d’éviction anticoncurrentielle »  contre Le 10Sport.

En septembre 2008, la société Le Journal du Sport, fruit d’un partenariat entre Michel Moulin, fondateur de Paru Vendu et NextRadioTV, avait annoncé le lancement de ce quotidien sportif à bas coût (0,50 centimes d’euro) venant concurrencer frontalement L’Equipe, en situation de monopole.

Deux semaines après cette annonce, le groupe Amaury, propriétaire notamment des journaux L’Équipe, Le Parisien et Aujourd’hui en France, contre-attaquait en lançant un nouveau quotidien sportif, Aujourd’hui Sport, dont le positionnement (format, prix, ligne éditoriale, lectorat) était strictement identique à celui de « Le 10 Sport »

0 338

Avec l’arrivée des tablettes numériques, devenues en l’espace de quelques années des appareils grand public, il est normal que les médias s’intéressent désormais à ce type de support qui pourrait remplacer à terme le papier. Dans ce contexte, l’arrivée de « pur players »  comme sur internet par exemple, n’est  donc pas une surprise. C’est dans cette optique qu’arrive sur ce marché l’application spécialisée, Diese Foot. 

 

 

diese-foot_img_article

 

Encore une autre application parmi d’autres me direz-vous ? Mais celle-ci, ne se contente pas comme la plupart de reprendre le contenu d’un média, papier ou internet, déjà existant. DieseFoot, créé lui-même son contenu grâce à une équipe de journalistes professionnels. Un contenu riche en texte, mais aussi en vidéo et autres fonctions multimédias. Ainsi, Nicolas Gettliffe, après 20 ans passés à Onze Mondial (4 Coupes du monde, 5 Euros, plus de 10 finales de Champions League à son actif), aura la charge de la rédaction en chef. Il sera secondé par Rémi Chevrot, lui aussi formé à l’excellente “école“ du mythique mensuel international, ainsi qu’Alexandre Rabia. Autre pointure pour muscler cette équipe de choc : Alessandra Bianchi (ex Equipe du Dimanche, entre autres)  qui apportera évidemment toute sa connaissance du championnat italien, mais aussi son image de grande professionnelle, reconnue dans le milieu. Enfin, pour assurer la gestion des Réseaux Sociaux, Grégoire Mariel, créateur du célèbre site Footballogue au succès avéré, complète la “Dream Team“ en qualité de Community Manager.

 

« La qualité du mensuel servie au quotidien »

C’est donc à travers cette application DieseFOOT que l’on peut s’informer de l’actualité du football. Tous les jours, une fois téléchargée sur votre support (Ipad, Galaxy Tab, Iphone, smartphone android…) vous découvrirez l’actualité du football au quotidien. Mais pas seulement :

 

-1 reportage phare au quotidien réalisé sur le terrain, dans les clubs ou en match, sous forme de dossier complet avec des photos et vidéos inédites
• Des interviews des plus grandes stars du football
• Des news régulières, toujours avec un oeil décalé sur l’actualité
• Des rubriques exclusives, détonantes et sans fard
• Des jeux-concours

 

Lancée à la mi-novembre, cette application est déjà prometteuse. Pour l’avoir essayée, nous pouvons vous assurer que celle-ci est une vraie mine d’informations exclusives et ravira les fans du football. Et le contenu de celle-ci va encore se renforcer dans les semaines à venir. Alors n’hésitez plus !

 

Fan de foot ? Téléchargez l’appli DIESEFOOT !

 

1 780

Quelques années après le mirage Kachkar, l’Olympique de Marseille va-t-il être racheté ? La propriétaire, Margarita Louis-Dreyfus, serait à l’écoute d’éventuelles offres qui pourraient lui arriver dans les prochains mois.

Olympique de Marseille

Selon l’hebdomadaire, Le 10Sport, l’Olympique de Marseille pourrait être vendu dans les prochains mois. Le journal cite des sources qui évoquent un intérêt en provenance d’Abu Dhabi, l’un des principaux concurrents  au Qatar aux Emirates Arabes Unis et au Moyen-Orient. Pour le moment, si « aucune information n’a filtré sur l’existence, ou non, de discussions concrètes avec l’actuelle direction, seul le travail d’un intermédiaire déjà présent dans plusieurs dossiers de rachats de clubs français nous a été confirmé » affirme le 10Sport.

En fait, pour Abu Dhabi, racheter le club phocéen serait avant tout stratégique, histoire de ne pas laisser se distancer par le Qatar au niveau notoriété. A chaque fois que les Qatari investissent quelque part, les Emirats Arabes Unis ont cherché à répliquer : « Il y a la volonté d’un Émir d’investir en France » lance même une source citée par l’hebdomadaire sportif. L’OM, club parmi les plus populaires de France et en Europe, est l’endroit idéal pour répondre à « l’ennemi qatarien » qui a fait du sport son vecteur essentiel pour sa reconnaissance dans le monde. Affaire à suivre….


L’équipe type des joueurs non qualifiés pour le Mondial 2014 ! by TopMercato

1 208

On le sait, le PSG veut devenir plus qu’un club de football, une marque mondialement connu. Pour ces raisons, le club parisien tente d’investir le marché chinois, jugé très porteur commercialement.

Et c’est via Twitter, entre autres actions, que le PSG tente de se faire connaître en Chine. Le site internet du club parisien annonce que onze mois après la création de son compte, celui-ci compte désormais 1,5 millions de followers.

« Le Paris Saint-Germain poursuit son développement vitesse V en Chine avec l’Agence Shankai Sports. Avec précisément 1 510 000 followers au global, le Paris Saint-Germain est le premier club français mais également dans le top 10 des clubs européens, 11 mois seulement après son premier tweet sur un réseau social chinois ! » indique fièrement le club parisien sur son site internet.

1 237

Le contrat signé et officialisé par le PSG entre le club parisien et QTA, l’office du Tourisme du Qatar continue de faire débat et d’interroger dans le monde du football. 

NOUVEAULOGO

Désormais, c’est en Angleterre qu’on évoque ce contrat obtenu par le PSG. Etonnant quand on sait que les médias britanniques accordent généralement que très peu de place dans leurs colonnes au football français. Mais le club parisien et ses contrats hors-normes interpellent désormais même outre-Manche.

Dans les colonnes du Daily Telegraph ce mardi, un article est consacré au PSG et à ce fameux contrat donc d’une valeur de 200 millions : «  C’est un deal assez étonnant qui flirte avec les limites de la crédibilité. Est-ce que cela reste dans le cadre du fair-play financier, cela incombe à l’UEFA de le déterminer, a déclaré Lampitt au Telegraph. Ce dernier est bien placé pour donner son avis puisqu’il a contribué à définir les règles de ce fair-play financier voulu par l’UEFA.

Et même si le contrat est validé en France, rien n’est certain en ce qui concerne l’Europe. Notamment pour ce côté hors-norme : « Quand vous regardez l’historique des contrats de sponsoring au Paris Saint-Germain et en France, vous constaterez que le décalage est extrême » prévient David Lampitt. 

Toutefois, le journal évoque le cas de Manchester City. Le club anglais avait signé un contrat d’environ 400 millions d’euros sur 10 ans avec la compagnie aérienne Etihad Airways. A l’époque, certains ce sont également interrogés sur la proximité entre les propriétaires de la compagnie aérienne et les propriétaires du club mancunien, Cheikh Mansour, d’Abu Dhabi, dont la proximité était évidente. Mais sur ce dossier, l’UEFA n’a pas donné suite. Alors pourquoi en ferait-elle autrement avec le contrat signé avec le PSG ?

 

0 255
Logo ligue des champions

Plus le fair-play financier voulu par l’UEFA approche, plus se pose la question des investissements des propriétaires du PSG dans le club parisien. Pour l’économiste, Bastien Drut, une bataille juridique risque de se produire entre l’UEFA et le club français.

Le trophée de la Ligue des Champions

Ce qui pose problème, c’est le récent contrat de sponsoring signé par le QTA avec le PSG : « Le PSG appartient au fonds souverain du Qatar, donc à l’état du Qatar. Ce qu’il y a de particulier, c’est que les propriétaires du PSG et de la Qatar Tourism Authority sont les mêmes, ce qui pose problème au niveau du fair-play financier », estime Bastien Drut. Il y aura une vraie question d’interprétation de la part de l’UEFA. Il faudra que le PSG puisse prouver qu’il peut apporter un vrai service à la QTA; Il pourrait y avoir une vraie bataille juridique entre le PSG et l’UEFA.  » explique-t-il sur RMC.

Son collège Pascal Perri, est sur la même longueur d’onde : « On ne peut pas interdire à une société touristique du Qatar d’investir dans le Paris Saint-Germain, à travers des contrats de communication et de publicité, juge-t-il. Selon moi, les frontières du fair-play financier sont encore floues, on doit encore négocier et il n’y a pas de règles très précises. » a-t-il ajouté.

 

STAY CONNECTED