HEADER ADS :
Coupe de France

0 516
Jean-Michel Aulas

Jean-Michel Aulas ne cachait pas sa déception après l’élimination de son équipe en Coupe de France face à Lens (1-2) et à Gerland. Il ne veut toutefois pas dramatiser cette défaite et pense déjà au match suivant.

Sur le site officiel de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas fait part de sa déception après l’élimination de son équipe : « Une grosse déception. Est-ce que c’est un mal pour un bien ? Le contenu du match n’était pas très bon. On va avoir un parcours très compliqué avec beaucoup de matchs. Il faut essayer de récupérer», a-t-il expliqué.

«  Ça fait partie des choses qui arrivent. Il ne faut pas jeter la pierre aux joueurs. Ils ont fait ce qu’ils ont pu dans un contexte de forte fatigue. La Coupe de France est terminée. Je pense qu’il faut se dire qu’il y a une compétition en moins et qu’il faut se concentrer sur les trois autres » conclut Jean-Michel Aulas.

0 551

L’AS Monaco s’est imposé à l’Allianz Rivera en huitièmes de finale de la Coupe de France grâce à un but de Dimitar Berbatov, sa recrue estivale (1-0). Retrouvez ci-dessous les principales réactions d’après-match.

Claudio Ranieri (entraîneur de Monaco) : «Je savais que ce match serait difficile, je l’avais d’ailleurs annoncé. Nous avons d’ailleurs travaillé les penalties ce matin (mercredi). Nice a été meilleur à dix qu’à onze. J’avais noté que notre adversaire a réalisé pratiquement les mêmes performances que nous à domicile. En visionnant son match à Marseille aussi, j’ai vu une équipe très dangereuse en contre. J’ai fait beaucoup de roulement d’effectif à Nice parce que Monaco doit jouer à fond les trois matches de la semaine (PSG, Nice, Bastia samedi). Dimitar Berbatov a apporté le but. Je lui ai demandé de jouer entre les lignes, il l’a bien fait.»

Nicolas Isimat-Mirin (défenseur de Monaco) : « Une grande satisfaction même si dans le vestiaire le sentiment était assez partagé au terme d’un match difficile. Sur la pelouse, l’enthousiasme et l’abnégation étaient là, on avait envie de se qualifier. Cette Coupe n’est peut-être pas l’objectif majeur de la saison pour notre coach Claudio Ranieri, mais pour nous joueurs oui. Quant à l’expulsion du Niçois, cela s’est passé vite, j’ai vu un geste que l’on ne doit pas faire sur un terrain de foot. C’est une sanction lourde qui nous a avantagés. Je ne veux pas aller contre les intérêts de mon équipe mais je suis aussi pour la justice, et le rouge me semble sévère ».

Puel : «Mes joueurs ont failli être héroïques»

Claude Puel (entraîneur de Nice) : « Il y a beaucoup de frustration. Mes joueurs ont failli être héroïques, ils ont tout tenté. En première période, il y a eu beaucoup de déchet dans notre jeu, nous rendions le ballon trop vite. Ensuite, en infériorité numérique, nous avons mieux maîtrisé le jeu et nous avons fait des choses intéressantes qui méritaient un meilleur dénouement. J’ai vu furtivement les images de l’expulsion de Timothée Kolodziejczak. Je demande à les revoir car cette sanction me semble sévère. Nous le défendrons comme il se doit car le carton rouge aurait pu être inversé. Je pense à la semelle de Carvalho sur Maupay et à sa simulation. Il va falloir se reconcentrer vite sur Nantes. On ne lâche rien. Se remobiliser vite, comme après la grosse déception après l’élimination en quart de finale de la Coupe de la Ligue, cela fait partie du job. Je félicite comme il se doit notre vainqueur Monaco et je lui souhaite bonne route dans cette épreuve».

1 753

Rolland Courbis, l’entraîneur de Montpellier, a expliqué qu’il n’était pas d’accord de voir Mbaye Niang, sa recrue hivernale, tirer un penalty en cours de match après avoir été victime d’une faute de la part du joueur cannois, Beuve.

Présent à l’After Foot mardi soir après le match et l’élimination de son équipe, Rolland Courbis explique qu’il aurait souhaite ne pas voir Mbaye Niang se faire justice lui-même : « Je n’étais pas d’accord. L’explication c’est que, en ce moment, il veut tellement réparer la connerie qu’il a pu faire il y a quelques jours (accident de voiture qui l’a mené en garde à vue ndlr) qu’il a pris le ballon pour un pénalty qu’il ne doit pas tirer. » a-t-il expliqué.

Un peu plus tard, l’AS Cannes encaissera un but dans les toutes dernières minutes de la partie lors de la prolongation.

1 1632

Rolland Courbis, l’entraîneur de Montpellier, était forcément déçu après l’élimination de son équipe en Coupe de France par l’AS Cannes, club de CFA. Deux semaines après avoir éliminé le PSG au tour précédent.

D’ailleurs, à l’issue du match, le coach du MHSC préférait ironiser sur le résultat de son équipe :  «D’abord félicitations à Cannes. Je suis juste très content de ne pas revenir avec des blessés. On a réussi à être l’équipe qui bat le PSG et qui se fait éliminer par Cannes. On n’a pas fait mieux que les Stéphanois. Je souhaite beaucoup de plaisir à l’équipe qui va affronter Cannes qui n’a pas le niveau du CFA mais bien de la Ligue 1. On doit avaler et digérer car samedi on va encore jouer sur un terrain impraticable à Rennes » a-t-il déclaré.

Dans l’autre camp en revanche, Jean-Marc Pilorget, ex-joueur du PSG dans les années 80, était très heureux du dénouement de la rencontre (1-0) : « «C’est une nouvelle chance pour nous face à l’une des meilleures équipes du moment en Ligue 1. Cette fois-ci, on a gagné sur le terrain. Cela nous donne un peu de lumière à ce club. Maintenant il va falloir récupérer car samedi nous allons avoir un match compliqué à Mont-de-Marsan en Championnat. Les joueurs ne sont pas rassasiés et on va attendre le tirage en espérant que nous allons encore recevoir.» a-t-il expliqué.

0 986

Rolland Courbis, le coach de Montpellier, est revenu un peu plus longuement sur la victoire de son équipe au Parc des Princes face au PSG mercredi soir (2-1). Le technicien rappelle que c’est un véritable exploit qu’a réalisé son équipe à Paris.

« L’objectif n’était pas de se qualifier. Restons lucides. Si on rejoue ce match dix fois, on le perd peut-être huit fois, on fait un match nul une fois et on le gagne une fois. L’idée, c’était de poser des problèmes au PSG et de faire tout le contraire que nos amis nantais dimanche soir (5-0). Si on veut poser des problèmes au PSG, quitte à perdre 4-2, il faut le faire en ayant quand même un potentiel offensif. De façon à ce qu’après une récupération, on ait quand même quatre joueurs minimum qui puissent poser des problèmes à cette équipe. D’abord par la quantité avant de parler de la qualité. D’un autre côté, on sait très bien que l’on est moins solide avec des joueurs qui arrivent à trouver des solutions dans une cabine téléphonique. Mais tant pis. A défaut d’avoir une bonne solution pour battre le PSG, il y en a peut-être une qui est la moins mauvaise. » a-t-il expliqué.

Il est également revenu sur son altercation avec Blaise Matuidi : « Je lui ai dit de se calmer un petit peu. Son geste est dangereux. Un garçon comme Matuidi, j’aimerais bien l’avoir dans mon équipe. Et s’il faisait la même chose, je ne lui dirais rien (rires). » a-t-il ajouté.

Mais Rolland Courbis a tenu a rappelé les objectifs prioritaires de son équipe : « Le challenge, c’est le maintien. Mon boulot, c’est de calmer les choses quand on dramatise et qu’on a la tête dans le sac. C’est aussi de ne pas tomber dans l’extrême. Le match le plus important, c’était et ça reste Nice et ce, avant que la semaine ne commence. La rencontre la plus facile ou la moins difficile à préparer pour un entraîneur et à jouer pour les joueurs, c’était le PSG, qui était une sorte de récréation pour nous. Les angoisses reviennent samedi. Hier soir, on était très content. Mais on n’a même pas eu la possibilité de savourer. On est rentré à Montpellier à 3h du matin. On a un match qui arrive. On parle de notre exploit, mais nos adversaires ont gagné 5-4 à Marseille, avec trois titulaires habituels au repos. Si on perd samedi, on redescend de notre nuage. En revanche, si on gagne, ma réponse ne sera pas la même. On aura fait un pas vers le maintien. » conclut Coach Courbis.

0 1774

Lors de la qualification de l’AS Monaco ce mercredi face à Chassenay en Coupe de France (3-0), l’attaquant colombien, Radamel Falcao s’est blessé au genou. Et les nouvelles ne seraient pas bonnes.

Interrogé sur le sujet à l’issue du match diffusé sur Eurosport, Jérémy Toulalan, le milieu de terrain de l’AS Monaco, s’est montré pessimiste pour son coéquipier : « «On perd Radamel. C’est un gros coup dur pour la suite. Je crois que c’est grave. Les infos ne sont pas rassurantes», a déclaré le capitaine monégasque au micro d’Eurosport.

0 1408
José Anigo

A l’issue de la victoire de l’OGC Nice sur l’Olympique de Marseille mardi soir en Coupe de France (5-4), il y a un Niçois qui jubilait plus que les autres, Julien Fournier. 

Ancien bras droit de Pape Diouf, Julien Fournier avait été viré de l’OM en même temps que Pape Diouf. Désormais à Nice, il ne cache pas sa joie d’avoir vu son équipe se qualifier sur la pelouse de l’OM : « « C’est une immense joie de venir se qualifier ici. On est très fier de nos gamins. Le retour va être léger et savoureux » a-t-il d’abord expliqué.

Avant d’ajouter : « Et ce soir, ce qui a également fait la différence entre Marseille et Nice, c’est qu’on a un coach de haut niveau », lance Fournier. Le principal intéressé appréciera.

0 572
José Anigo

José Anigo, le directeur sportif et entraîneur de l’Olympique de Marseille, a fait part de sa déception après l’humiliation subie par son équipe à domicile en Coupe de France face à Nice (5-4). 

Toutefois, le coach phocéen n’a pas voulu dramatiser ce revers même s’il est conscient des manques de son équipe : « C’est une déception, mais pas un coup de massue. Je suis déçu, car quand on marque quatre buts, on n’a pas le droit d’en prendre cinq. Pour moi, il y a eu des défaillances individuelles énormes aujourd’hui. Contre ça, il n’y a aucune parade. Les situations qu’on a offertes sont tellement grosses… Ça passe d’un geste de défenseur qu’on ne fait pas, à une position qu’on oublie. Des trucs très simples. C’est pour ça que je parle de défaillances individuelles. C’est le terme que l’on peut employer ce soir. »   a-t-il déclaré à l’issue du match.

Et de faire le constat : « « Les gens qui sont venus voir ce match, et qui viennent voir un spectacle en étant neutre, ont vu du spectacle, du jeu. Mais si on est supporters, entraîneur, joueur ou dirigeant de notre équipe, on ne peut partir que déçu. Simplement parce qu’on a offert des choses que l’on n’aurait jamais dû offrir. Ça se résume à des défaillances individuelles. Après, ça reste la Coupe de France, on avait pour objectif de faire un bout de chemin, on n’y va pas. Il reste maintenant des matchs de championnat à se fixer comme objectifs. Il y en a trois-quatre qui arrivent, dont trois à la maison,  on fera les comptes à la fin de ces matchs-là. » a-t-il ajouté.

0 649
Steve Mandanda

Le capitaine de l’Olympique de Marseille, Steeve Mandanda, ne cachait pas sa honte et sa déception après l’élimination de son équipe en Coupe de France à domicile face à Nice (5-4). 

« C’est clair, c’est une honte totale. On a été catastrophique, c’est inadmissible de pouvoir sortir une prestation pareille, surtout défensivement. De perdre face à cette équipe de Nice, de cette manière en plus, c’est rageant, c’est humiliant, tout ce que vous pouvez sortir comme qualificatif… » a-t-il expliqué au micro du Phocéen.fr.

« Tout le monde était déçu, maintenant, on doit chacun balayer devant sa porte, se remettre au travail. On est dominé, de toute façon, on n’a pas d’autres choix que de réagir et de faire un résultat à Monaco si on veut accrocher le seul objectif qu’il nous reste cette saison. » a-t-il ajouté.

STAY CONNECTED