La première expérience du Brésilien Anderson en tant qu’entraîneur d’une équipe première aura tourné court. L’ancien attaquant de l’OL a été débarqué après deux journée de son poste à Neuchâtel.

Le Brésilien Anderson n’aura tenu que deux journées du championnat Suisse à la tête de Neuchâtel. Deux matches et deux défaites qui ont décidé du sort de l’ancien entraîneur des attaquants de l’OL. Celui-ci est encore sous le choc : « Je l’ai appris à l’issue du match que nous avons perdu sur le terrain du FC Bâle. Le président est entré dans les vestiaires, a parlé du match, de la seconde période qui avait été plutôt bonne, mais il a dit que ça ne lui suffisait pas et qu’il souhaitait travailler avec un autre staff technique » explique le Brésilien dans les colonnes de l’Equipe.

Il explique que finalement, il n’a jamais vraiment eu les coudées franches depuis son arrivée au sein du club suisse qui appartient au sulfureux homme d’affaires tchétchène, Bulat Chagaev : « C’est hallucinant. François Ciccolini et Jean-Luc Etorri, mes adjoints, partent aussi. Ce n’était plus possible de travailler. Je n’ai jamais pu imposer mes choix, choisir mes joueurs, et réaliser ma composition d’équipe. Ce n’était pas possible. C’est comme ça » a-t-il ajouté.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE