Plusieurs présidents de clubs de Ligue 1 ont été interrogés pour connaître leur avis sur l’attitude de Marcelo Bielsea vis-à-vis de Vincent Labrune. Pour certains, la position du président marseillais est plus que fragilisée.

Pour Jean-Michel Aulas, la forme n’est pas bonne de la part du technicien argentin : « Quel que soit le fond des déclarations de Bielsa, sur la forme, c’est impossible à accepter. On ne peut pas travailler sereinement si le directeur de la production (l’entraîneur) se met à déglinguer sa hiérarchie ! Traiter ses dirigeants de menteurs, c’est une faute lourde, tout comme remettre en cause une stratégie qui a coûté beaucoup d’argent », réagit ainsi Jean-Michel Aulas,

Pour Laurent Nicollin, le président-délégué de Montpellier, il n’est pas normal que ça sorte : « Le seul reproche, c’est que ce soit dans la presse .Tu peux avoir des dissensions en interne, j’en ai eues, avec Jean-François Domergue, Rolland Courbis lorsqu’il était là pour la première fois, René Girard et j’en aurai certainement d’autres, avec le coach ou l’encadrement, mais le tout est que cela ne sorte pas. » conclut-il.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE