Home International

0 2093
Jean-Michel Aulas

Alors que le PSG attend le verdict de l’UEFA concernant le fair-play financier, le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, évoque l’exclusion du club parisien sans véritablement le nommer toutefois.

Dans les colonnes du Progrès ce vendredi, Jean-Michel Aulas rêve encore de la Ligue des Champions mais d’une façon bien inhabituelle : « Des sanctions vont être prises, assure-t-il. Projetons-nous dans un scénario idéal. Nous finissons quatrièmes et un club parmi les trois premiers est exclu de la Ligue des Champions. On changera alors de stratégie. »  explique le dirigeant lyonnais.

Toutefois il paraît peu probable que le PSG puisse être exclu pour manquement aux règles du fair-play financier. Le club parisien risque surtout une forte amende et un avertissement en bonne et due forme à ce stade-là.

 

 

Carlo Ancelotti

Alors que le sort a désigné le Bayern Munich comme prochain adversaire du Real Madrid en demi-finales de la Ligue des Champions, Carlo Ancelotti sait qu’il sera difficile de passer l’obstacle allemand pour atteindre la finale et continuer à rêve à la « décima ». 

« Ce seront des matches compliqués pour nous mais ce sera difficile aussi pour le Bayern Munich. Je ne crois pas que ce soit facile de jouer contre le Real Madrid. Munich est une grande équipe, avec beaucoup de qualité au niveau individuel et collectif. Ils ont fait une saison fantastique et (Pep) Guardiola a beaucoup d’expérience, c’est un des meilleurs entraîneurs du monde« , a déclaré le coach du Real en conférence de presse.

Blanc -PSG

Après l’élimination du PSG face à Chelsea mardi, la capacité de Laurent Blanc à porter son équipe au sommet européen est mise en cause. Malgré l’avance acquise au match aller, l’entraîneur parisien a sans doute mal abordé le match retour. Le Parisien estime qu’il y a un gagnant, José Mourinho et un perdant, Laurent Blanc.

A la une : «Laurent Blanc a une part de responsabilité» by Le Parisien

Rémi Garde, l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais, sait que pour se qualifier, son équipe devra réaliser un exploit à Turin ce jeudi soir en quart de finale retour de la Ligue Europa. 

Le coach lyonnais sait que la rencontre s’annonce difficile après la défaite 1-0 à Gerland à l’aller : « Je ne crois pas que la Juventus nous prendra de haut. Ils sont lucides et réalistes. Je l’ai dit avant le match aller, l’équilibre des forces en présence n’est justement pas très équilibré. Un match de football, ce n’est pas des mathématiques ni des statistiques. Il peut se passer des choses. Nous sommes donc là pour y croire très fort » a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse d’avant-match.

« Les calculs sont assez simples. Nous avons un but de retard. Par conséquent, si nous ne cherchons pas à marquer, nous ne pourrons pas nous qualifier. C’est aussi simple que ça. Nous devrons aussi réussir à conserver notre but inviolé, ce que nous n’avions pas réussi à faire lors du match aller où nous avons vu que c’était compliqué car il y a un collectif et des individualités en face qui peuvent marquer à tout moment » a-t-il ajouté.

 

A l’issue de la qualification de son équipe face au Bayern Munich, Franck Ribéry a fait part de sa satisfaction. Il a notamment mis en valeur le fait que son équipe n’a pas paniqué après le splendide but de Patrice Evra.

« Je pense qu’on a été patient, on n’a pas paniqué après le but de Patrice, reconnaît le milieu de terrain bavarois. On savait qu’il restait du temps, il fallait juste marquer un but. On a eu la chance d’égaliser rapidement, cela nous a fait du bien surtout pour la suite du match. On n’a pas douté, on a continué à jouer. » a déclaré l’international français.

Franck Ribéry, le serial passeur du Bayern Munich by foot-mercato

0 1680

Désormais en première ligne après l’élimination de son équipe en Ligue des Champions mardi soir face à Chelsea, Laurent Blanc est sous le feu des critiques. Beaucoup d’observateurs s’interrogent sur les responsabilités de l’entraîneur parisien dans cet échec. 

Pour Jérôme Rothen, l’ancien milieu de terrain du PSG, Laurent Blanc n’a pas su gérer le match retour à Londres après avoir gagner l’aller 3-1 : « Il n’a pas été capable de s’adapter tactiquement, avant et pendant le match, au jeu de Chelsea. Cette saison, le PSG pratique un beau football, basé sur la possession du ballon.Mais ce style ne peut pas s’appliquer partout, surtout en l’absence d’Ibrahimovic. Or, mardi soir, le fort pressing de Chelsea a empêché Paris de jouer » a-t-il expliqué.

« Et, manifestement, Blanc n’avait pas de plan B. On avait aussi l’impression qu’il n’avait pas donné de consignes claires à son groupe. Fallait-il tenir le score ? Marquer ? D’ailleurs, sur le premier but, il a l’air un peu paniqué, ce qui, àmon avis, n’a pas dû rassurer ses joueurs. » a-t-il ajouté.

 

De passage à Paris pour son recours au Conseil d’Etat, l’ancien directeur sportif du PSG, Leonardo, s’est prêté au jeu des commentaires après l’élimination de son ancien club en Ligue des Champions en quart de finale. 

Sur RMC, l’ancien dirigeant parisien a fait part de son sentiment : « J’ai suivi tous les matches de cette année et celui d’hier (mardi) aussi. Même moi, je me sens un peu éliminé. De temps en temps, on donne beaucoup trop d’importance aux adversaires. On peut aussi dire que Chelsea, qui est considéré comme une grande équipe, a raté son match au Parc des Princes (défaite 3-1). Le Real Madrid a également complètement manqué son match à Dortmund (défaite 2-0 après une victoire 3-0 à l’aller, ndlr). Les Madrilènes étaient très proches d’être éliminés. Le PSG a eu la difficile mission de gérer un résultat positif » a-t-il expliqué.

« Si Chelsea avait gagné le match aller 2-0 à Stamford Bridge, je veux savoir comment Chelsea aurait géré le retour à Paris. Je pense que c’est plus difficile de jouer un match pour ne pas perdre que de gagner un match 2-0 chez toi. C’est pour ça que la Ligue des champions se joue sur beaucoup de petits détails » a-t-il ajouté.

Toutefois, il estime qu’il ne faut pas remettre en cause cette équipe qui dispose déjà du potentiel pour remporter la C1 : « C’est sûr que le Paris Saint-Germain n’a jamais gagné la Ligue des champions. Mais je pense que le PSG était déjà prêt pour la gagner. C’est une question de mental. Je pense que si Paris gagne 2-1 à l’aller, le match retour aurait été différent. Mais la Ligue des champions est comme ça. C’est une course de 100m et pas un marathon de 38 matches » a-t-il ajouté.

Sur le site de L’Equipe, le journaliste Jérôme Touboul, a répondu aux questions des internautes. Il évoque notamment le manque de lisibilité du prochain mercato du PSG en raison du fair-play financier.

Selon le journaliste, il n’est pas sûr que le PSG puisse recruter comme il l’avait initialement envisagé : « C’est en effet le genre d’échec qui peut pousser un propriétaire comme QSI à se renforcer encore plus, la saison prochaine. Dans son « business plan », l’actionnaire prévoyait d’ailleurs de lourds investissements lors de ses cinq premières années à la tête du club, soit jusqu’en 2016. Mais cette stratégie pourrait bientôt être remise en question par le fair-play financier imposé par l’UEFA » explique-t-il.

« Le fameux contrat à 200 M€ par an avec Qatar Tourism Authority pourrait être remis en question à la fin du mois par l’instance de contrôle. Or, le train de vie actuel du PSG et ses projets de développement sportif reposent en bonne partie sur la dimension de ce contrat. Difficile, dès lors, d’anticiper dès aujourd’hui sur la marge de manoeuvre dont disposera réellement le PSG lors du prochain marché des transferts » a-t-il précisé.

Carlo Ancelotti

L’ancien entraîneur du Paris Saint-Germain et de Chelsea, Carlo Ancelotti  a reconnu qu’il n’envisageait pas une qualification de Chelsea pour les demi-finales de la Ligue des Champions après le résultat du match aller à Paris.

Le technicien italien estimait que la différence faite par le PSG à l’aller serait suffisante : « Je sais que Chelsea est passé et je dois avouer que j’en suis surpris. Félicitations à Chelsea, on verra ce que donnera le tirage », a déclaré le coach italien.

Très expansif au moment du deuxième but de son équipe face au PSG mardi soir (2-0), José Mourinho s’est montré plus modeste dans la victoire pendant sa conférence de presse d’après-match. Le technicien portugais a estimé que cette qualification n’était pas forcément un exploit.

«Les joueurs ont suivi le plan, notre ambition. Que l’on gagne ou que l’on perde, on devait revenir cuit, vidé, en ayant tout donné. On a eu de la chance. Mais même si on n’avait pas marqué ce 2e but ou si Paris en avait inscrit un, on aurait pu être aussi fier. C’est une bonne performance. Je fais profil bas juste parce que c’est une victoire. Dans son histoire, Chelsea a fait déjà tellement de demi-finale qu’il n’y a rien non plus d’extraordinaire. On a réussi à remonter le score après la défaite. C’est toujours très difficile de changer son destin.» a-t-il notamment déclaré.

Il a ensuite rendu hommage au héros du jour, Demba Ba, auteur du deuxième but de son équipe : « C’est un but important pour lui et pour le club. Son enthousiasme a été fantastique. Il a posé au PSG des problèmes auxquels il n’est pas habitué. Voilà, on est en demi. Tout peut arriver maintenant » a-t-il ajouté.

STAY CONNECTED