International

Jean-Michel Larqué

Au lendemain de la défaite du PSG face au FC Barcelone, les critiques pleuvent sur certains joueurs de l’équipe de Laurent Blanc. La très moyenne performance de Thiago Silva notamment cristallisent les rancoeurs dans les rangs des divers consultants à l’image de Jean-Michel Larqué sur RMC Sport.

Ce dernier se montre très dur envers l’international brésilien : « On discute de Thiago Silva mais on sait pertinemment que ce garçon-là, sur le plan mental, a quand même des problèmes. Si pleurer sur son passé est son fonds de commerce, ça ne peut pas marcher. Un footballeur, je vous assure, ne rêve que d’une chose quand ça s’est mal passé le dimanche, c’est de rejouer pour oublier. Lui, on a l’impression qu’il ressasse tout. A un moment donné, Nasser Al-Khelaïfi va être rattrapé par la réalité des choses. Il ne peut pas, aujourd’hui, fermer les yeux sur un joueur qui depuis le mois d’avril est très moyen, même très mauvais par rapport à ce qu’il est capable de faire » a-t-il notamment expliqué.

Et d’ajouter : « Je veux bien tout ce qu’on veut sur David Luiz et Thiago Silva, mais entre l’un qui est encore au poteau de corner en train de pleurer sur la séance de penalties (référence à la séance de tirs au but du 8e de finale de la Coupe du monde entre le Brésil et le Chili, avant laquelle Thiago Silva avait fondu en larmes, ndlr) et l’autre qui est plutôt un milieu de terrain à mes yeux, on a une défense centrale qui n’est pas la clé de voûte de cette équipe » conclut Jean-Michel Larqué.

0 470

Le défenseur du PSG, David Luiz, a fait part de son sentiment au moment où son équipe va défier le FC Barcelone en Ligue des Champions ce mercredi soir. Une rencontre décisive pour l’attribution de la première place du groupe.

En conférence de presse d’avant-match, l’international brésilien assure que le PSG est prêt pour ce grand match ce mercredi soir au Camp Nou : « Je veux que le PSG gagne la Ligue des Champions. Chelsea est en train de faire une très bonne saison avec des joueurs très bons. J’espère jouer contre eux la finale, ce serait très bon ! » a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : « Nous devrons jouer très bien. Nous voulons tous les deux terminer à la première place. Barcelone a de très bons joueurs. Mais nous sommes prêts, et nous voulons maintenant disputer ce match. »

0 577

L’AS Saint-Etienne a fait match nul jeudi soir en Ligue Europa face à Dniepropetrovsk. Un résultat et une performance qui ont déçu l’ancien coach mythique des Verts, Robert Herbin. Le technicien français estime que l’équipe de Christophe Galtier manque d’assurance.

« C’est vraiment dommage car les Verts ont eu des possibilités de faire la différence. On a senti leur désir de bien faire, de marquer, ce qui aurait été possible compte tenu du déroulement de la rencontre. Ils n’ont pas su le faire. Il me semble que cette équipe manque un peu d’assurance, de détermination. Cela me choque lorsqu’un joueur rate une belle opportunité de ne pas avoir l’air plus perturbé que cela. Cela devrait au contraire le révolter, lui donner envie de réagir. J’ai le sentiment qu’il se dit qu’il fera mieux la prochaine fois. Ce n’est pas ainsi que l’on peut s’améliorer et progresser dans ce secteur. C’est peut-être aussi un problème psychologique : l’angoisse de rater une occasion. » a-t-il expliqué dans les colonnes du Progrès.

0 453
Christophe Galtier

A l’issue du match nul de son équipe en Ligue Europa face aux Ukrainiens de Dniepropetrovsk, Christophe Galtier, l’entraîneur de Saint-Etienne, en cachait pas sa frustration devant le résultat final (0-0).

« C’est désolant, frustrant, par rapport aux efforts consentis, au sérieux mis par mes joueurs dans ce match-là. Les gens pessimistes disent ‘on ne marque pas, quand est-ce qu’on va marquer’… Je veux rester très optimiste en disant qu’on se crée des situations. C’est important de se créer des situations. Evidemment que le plus important reste de les concrétiser parce que pour gagner des matches de football, il faut marquer. Là, on n’y est pas arrivé. Ce sont les soirées européennes qui vous laissent un goût amer parce que vous méritez mieux.,» a-t-il expliqué.

 

A l’issue de la victoire de son équipe sur la pelouse de Ludogorest Razgrad (2-1), en Ligue des Champions, Carlo Ancelotti s’est déclaré satisfait de la victoire malgré le score étriqué. Il reconnaît toutefois que son équipe a manqué d’efficacité devant le but. 

« Pour nous, le résultat est bon. On a mal commencé en étant menés 1-0, mais après on a pressé le Ludogorets et on a réussi à égaliser à 1 partout et prendre l’avantage. On aurait pu marquer plus de buts, mais globalement, je suis satisfait. Je suis content que l’on ait gagné », a notamment déclaré le technicien italien en conférence de presse.

 

Après le Bayern Munich, souvent critique à l’égard du PSG et de ses propriétaires, c’est au tour du Borussia Dortmund de monter au créneau concernant le club parisien. Le club allemand demande ni plus ni moins, par la voix de son président, l’exclusion du PSG de la Ligue des Champions.

Interrogé dans les colonnes du quotidien allemand, Bild, le patron du Borussia Dortmund tacle sévèrement le PSG : « Le fair-play financier n’est pas un simple règlement. J’en suis convaincu, le PSG devrait être exclu des compétitions européennes, lance-t-il en effet. Le fair-play financier est un test pour le président de l’UEFA Michel Platini. Il a démarré, il ne peut pas s’arrêter en si bon chemin » lance Reinhard Rauball.

Et d’ajouter : « Le fair-play financier n’est pas un simple règlement. J’en suis convaincu, le PSG devrait être exclu des compétitions européennes, lance-t-il en effet. Le fair-play financier est un test pour le président de l’UEFA Michel Platini. Il a démarré, il ne peut pas s’arrêter en si bon chemin. Les faits parlent pour lui : les pertes des clubs ont baissé de manière significative, neuf écuries ont été punies, parmi lesquelles Manchester City. Je suis sûr que Platini essaye de faire du fair-play financier un système parfait que tout le monde respectera. Un jour viendra même où un grand club devra être exclu. » conclut-il.

Blaise Matuidi

A l’image de l’ensemble de son équipe, le milieu de terrain du PSG, Blaise Matuidi, a fait part de sa joie d’avoir battu une équipe aussi prestigieuse que le FC Barcelone en Ligue des Champions.

Battre Barcelone, ce n’est pas donné à tout le monde. Ils étaient invaincus et ils n’avaient pas encaissé de but », a rappelé l’international français.

« Il faut qu’on essaye d’être comme ça même le week-end en championnat parce qu’on a besoin d’être tout là haut. (…) C’est important qu’on soit tous unis pour faire de grandes performances. » , a-t-il ajouté.

 

Pierre Ménès

A l’issue de la victoire du FC Barcelone face au PSG, Pierre Ménès, le consultant de Canal Plus, a livré son analyse sur son blog. Il s’estime très heureux de ce succès parisien, et espère que ce match sera l’acte fondateur de la saison 2014-2015 de l’équipe parisienne.

« Paris n’a pas lâché. Paris avait plus de hargne. Paris avait ce haut degré d’implication qui lui manque tant en championnat. Désormais, on ne va pas leur demander de jouer à 120% comme ils l’ont fait dans ce match de gala, mais de passer de 60% à 80%. Pour la Ligue 1, ça suffira. Dans une situation compliquée avant la rencontre, le PSG est désormais en tête de son groupe et a gagné le droit de travailler un peu plus sereinement. Reste à savoir si ce match était un feu d’artifice ponctuel où l’acte fondateur de la saison 2014-2015″ a-t-il expliqué.

Et d’ajouter : « Et puis, je ne finirai pas sans parler de Laurent Blanc. Comme j’ai pu le dire aux Spécialistes, il n’y avait pas un seul tweet à son sujet après le match, alors qu’il y en a eu des centaines avant, pour dire que c’était un gros nul et qu’il devait prendre la porte. C’est toute l’injustice du rôle d’entraîneur – a fortiori au PSG – et de ce Laurent Blanc dont visiblement, le calme défrise beaucoup de gens. A titre personnel, je suis très heureux pour lui » conclut Pierre Ménès.

A l’issue de la belle victoire de son équipe sur le FC Barcelone, le milieu de terrain du PSG, Javier Pastore, était très heureux. Pour autant, l’international argentin ne veut pas s’enflammer et estime que ce succès n’est qu’une étape.

«Il faut continuer comme ça. Ce n’est pas le début d’une nouvelle saison, c’était juste un bon match contre une bonne équipe.  J’espère que la saison est lancée, a néanmoins lâché Javier Pastore. Ce match doit nous donner beaucoup de confiance et nous permettre de nous améliorer» a-t-il ajouté.

Enthousiaste, Javier Pastore précise : «Les prochains matches nous diront si l’équipe est lancée. En tout cas, on a démontré que dans les grands matches, Paris était présent. On a besoin de se retrouver tout là-haut. Il va falloir qu’on récupère bien parce qu’on a dépensé beaucoup d’énergie, mais j’espère qu’on retrouvera le même Paris tout le temps à présent, parce qu’on en a besoin» a-t-il conclu.

Laurent Blanc

A l’issue de la belle victoire de son équipe face au FC Barcelone mardi soir (3-2), Laurent Blanc, l’entraîneur du PSG, semblait heureux mais aussi soulagé de voir enfin son équipe à son meilleur niveau, une première depuis le début de la saison.

En conférence de presse, Laurent Blanc n’a pas caché sa satisfaction : « C’est un grand match, une belle victoire. Nous avions besoin de points. C’est un très bon moment que nous avons vécu ce soir. Les joueurs étaient plus attentifs et motivés que d’habitude. Il y avait tous les éléments pour faire un grand match, encore fallait-il le réaliser. J’étais convaincu que l’équipe n’avait pas perdu toutes ses vertus. Ce qui m’importe c’est d’avoir montré que nous étions toujours une équipe. » a-t-il expliqué.

Et d’ajouter : « Malgré le début de saison compliqué, certes plus que ce qu’on pouvait penser, au niveau des résultats mais sans avoir perdu un seul match, avec l’odeur de la Ligue des champions et Barcelone chez soi, inconsciemment on est plus motivés, déterminés. Dans notre situation, il nous fallait un tel match dans cette compétition pour aller chercher ces valeurs-là. Sans ces valeurs, outre la technique quand même, on n’aurait pas gagné. Avant le match, on se dit : ou on retrouve une grande équipe, ou on se retrouve au fond du trou » a-t-il conclu.

STAY CONNECTED