Home Tags Publié avec tag "Guardiola"

Guardiola

Franz Beckenbauer, le président d’honneur du Bayern Munich, a remis en cause le jeu pratiqué par son équipe depuis l’arrivée de Pep Guardiola aux commandes.

L’ancien défenseur n’est pas un fan du jeu prôné par l’ancien coach du FC Barcelone : «  Au final, si nous continuons comme ça, nous serons comme le FC Barcelone. Plus personne ne voudra nous voir jouer parce que nos joueurs se passeront le ballon jusqu’à la ligne de but adverse » a-t-il expliqué sur Sky Sports.

 « Ma vision est différente, avance Beckenbauer. Si j’ai la possibilité de tirer au but, de loin, spécialement face à une défense compacte et regroupée, alors je le fais. C’est la manière la plus efficace de marquer. Je laisserai les joueurs 100% libres de tirer » a-t-il ajouté.

Pep Guardiola, l’actuel entraîneur du Bayern Munich, a rendu un hommage appuyé à son prédécesseur, Jupp Heynckès, à l’occasion d’une cérémonie destinée à récompenser le technicien allemand pour son triplé historique réalisé la saison dernière à la tête de l’équipe bavaroise.

FOOTBALL/SPANISH CHAMP/BARCELONA v GIJON

Jupp Heynckes a reçu un trophée honoraire pour avoir réalisé le triplé championnat-Ligue des Champions-Coupe d’Allemagne avec le Bayern Munich. L’occasion pour son successeur de lui rendre hommage : «  »Vous êtes un collègue extraordinaire, une légende en Allemagne mais chaque enfant en Catalogne et en Espagne connait votre nom désormais » a-t-il déclaré.

« Vous êtes un modèle de coach pour moi, un expert et aussi un modèle en tant que personne. Le Bayern Munich avait de l’expérience, du courage et un grand cœur, comme vous. Vous m’avez légué une équipe parfaite et je ferai tout pour prolonger les succès du Bayern. » a-t-il ajouté.

Après sa large victoire au match aller contre Pilsen (5-0), le Bayern Munich a souffert au match retour en ne s’imposant que sur la plus petite des marges. Mais l’entraîneur bavarois, Pep Guardiola, s’en contente et rappelle que son équipe est la seule à avoir gagner tous ses matches. Retrouvez ci-dessous les principales réactions d’après-match.

Pavel Vrba, entraîneur de Pilsen
Je suis très content d’une chose : nous avons montrér le vrai visage du Viktoria Plzeň, et on s’est présenté dans une toute autre configuration par rapport au match à Munich. Ce serait parfait si on jouait toujours comme ça. On n’a pas pris de point, alors je ne peux pas dire que c’était le match idéal. Mais jouer un tel match face à cet adversaire nous donne beaucoup d’espoir pour les prochaines rencontres. On est capables de lutter pour la troisième place avec le CSKA ici en décembre. Pour nous, ce serait un immense point positif. On a appris de notre défaite au Bayern. Je pense qu’on a eu peur là-bas, ce n’était pas nous. On a sûrement surpris le Bayern avec notre activité, et ça a été plus difficile pour eux ce soir. J’espère qu’on va se remettre à gagner.

Pep Guardiola

Pep Guardiola, l’ancien coach du FC Barcelone

Josep Guardiola, entraîneur du Bayern
Certains pensaient sûrement qu’après avoir gagné 5-0 chez nous face au Viktoria, ce serait facile pour nous. Mais en Champions League, tous les matches sont difficiles. Et ce soir, ce n’était pas une exception. Le Viktoria a une très bonne équipe, mais on est la seule équipe à 100% avec quatre victoires en quatre matches. Cela montre notre force.

On savait que ce ne serait pas facile, c’est aussi le cas en Bundesliga : quand on rejoue contre le même adversaire, le match est toujours différent. Après avoir pris cinq buts, les joueurs du Viktoria Plzeň ont retenu la leçon et ont été bien plus concentrés.

Ce match a été bien plus difficile qu’il y a deux semaines. Je me souviens bien des matches contre Pilsen avec le FC Barcelona, celui-là était plus dur. En Champions League, les matches à l’extérieur sont toujours difficiles.

Manuel Neuer, gardien du Bayern
On n’était pas là dans le premier quart d’heure, et ils ont fait une bonne entame de match. Mais au final, on prend les trois points, on égale le record de victoires consécutives en Champions League et on se qualifie. On va s’en contenter, oui nous sommes heureux.

Daniel Van Buyten, défenseur du Bayern
Ce fut un match difficile, mais on est content d’avoir gagné et d’avoir pris les trois points. Notre adversaire jouait à la maison alors il était plus agressif, et il nous a rendu la vie dure. Maintenant, on a 12 points en quatre matches, et on est en 8es. Il fait regarder devant, on a encore des matches difficiles à jouer.

Matúš Kozáčik, gardien de Pilsen
On a fait un très bon match ce soir, et la seule chose qui nous déçoit, c’est de ne pas avoir pris un point. Cela aurait été un résultat fantastique.

On a eu des occasions de but, surtout en seconde période. J’y ai cru jusqu’à la fin. Ce match a été totalement différent de celui à Munich, on a eu des occasions et on a mis le Bayern sous pression. Je ne dirais pas que ce fut un match plus facile pour moi, mais la différence, c’est que je n’ai pris qu’un seul but. C’est un bon résultat, mais ça aurait été mieux si on n’avait pas pris de but.

Václav Procházka, défenseur de Pilsen
Nous sommes heureux de nous être affirmés et d’avoir montré qu’il était possible de bien jouer contre un adversaire aussi fort même si le match n’a pas été vraiment équilibré. Il y a deux semaines, nous n’avons même pas réussi à nous créer des occasions de but, mais avec l’aide de nos supporters, nous avons pu avoir des situations prometteuses.

 

Source :uefa.com

 

0 110

Arrivé cet été à la tête du Bayern Munich, Pep Guardiola, l’ancien entraîneur du FC Barcelone, veut imposer rapidement son empreinte et asseoir son autorité auprès de son groupe.

Pep Guardiola

Pep Guardiola, l’ancien coach du FC Barcelone

Pour ces raisons, il n’a pas hésité à recadre ses joueurs : «  Je suis très ami avec mes joueurs quand ils acceptent ce que je dis. Celui qui accepte mes choix aura mon soutien, celui qui ne veut pas comprendre se retrouvera souvent dans les tribunes », a lâché Guardiola dans le magazine officiel du Bayern Munich.

Une manière également de faire montrer qu’il n’a pas peur de gérer des stars comme le laisse entendre l’attaquant du PSG, Zlatan Ibrahimovic, dans sa biographie. Plusieurs fois, l’international suédois a traité de « lâche » le technicien espagnol avec lequel il a travaillé pendant un an au Barça.

 

0 96

Les propos de Zlatan Ibrahimovic dans la presse allemande à propos de son ancien entrâineur, Pep Guardiola, aujourd’hui en poste au Bayern Munich, n’ont pas été apprécié par les dirigeants bavarois.

Uli Hoeness

Uli Hoeness, le président du Bayern Munich

A l’image d’Uli Hoeness, le président du Bayern Munich, le club allemand répond à l’international suédois du PSG : « « Je ne comprends pas ces critiques. Il veut juste faire oublier qu’il a échoué dans de nombreux clubs. A chaque fois, il se présente comme un sauveur, mais il n’apporte que des problèmes. » a-t-il déclaré dans Bild.

Ce week-end, la star suèdoise avait de nouveau critiqué l’attitude de Guardiola à son égard lorsqu’il évoluait au FC Barcelone : « En tant que personne, Guardiola est un lâche, pas un homme. J’ai été sacrifié pour Lionel Messi et il n’a pas eu le courage de me le dire » avait déclaré Ibrahimovic.

Allez un petit PSG-Bayern en C1 pour régler tout cela sur le terrain….

 

0 60

Zlatan Ibrahimovic, la star du PSG, a livré un entretien à la chaine anglaise de la BBC. Dans celui-ci il estime que sa réputation de joueur difficile à gérer est usurpée.

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic, la star du PSG

« Je ne suis satisfait que si mes partenaires et les supporters sont heureux. J’ai du cœur. Si je suis difficile à gérer ? Je n’ai jamais, à une exception qui est Guardiola, connu de problème avec des entraîneurs » a-t-il expliqué.

Et d’encenser son ancien coach à Paris, Carlo Ancelotti : «  Quels techniciens ont changé ma carrière ? Fabio Capello qui m’a donné une mentalité de gagneur et José Mourinho qui m’a fait passer de chat à lion, il a tiré des choses en moi à l’Inter comme personne. J’ai aimé aussi Carlo Ancelotti au PSG, c’est un homme formidable, presque un père. » a-t-il ajouté.

1 72

Zlatan Ibrahimovic, l’attaquant du PSG, a une nouvelle fois rappelé ses relations très froides avec son ancien entraîneur, Pep Guardiola, durant l’année qu’il a passé dans les rangs du FC Barcelone.

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic, la star du PSG

Cette fois, c’est dans les colonnes du quotidien anglais, The Times que le joueur suédois livre le fond de sa pensée concernant le technicien catalan désormais à la tête du Bayern Munich avec lequel il vient de remporter la Super Coupe d’Europe face à Chelsea : «  Il voulait que je sois normal, mais je suis Zlatan, j’aime être différent, original » a-t-il expliqué.

« Quand j’entrais dans le vestiaire, il disparaissait. Et quand on se croisait dans le couloir, il baissait les yeux. Pep Guardiola n’est pas un homme » a-t-il ajouté.

0 49

alain orsoniA la recherche d’un nouvel entraîneur après le limogeage d’Alex Dupont, Alain Orsoni, le président de l’AC Ajaccio a ironisé sur ses recherches.

Le président corse se donne jusqu’à ce lundi pour trouver un nouvel entraineur : « Il y a plein d’entraîneurs que j’aimerais faire venir. Le salaire minimum exigé par le règlement, c’est 20 000 euros par mois » souligne-t-il sur RMC dans l’émission l’After.

« On en trouvera un car des entraîneurs ont envie. J’aimerais beaucoup Pep Guardiolamais je ne lui ai pas téléphoné. Lundi, au plus tard, on devrait être fixé » précise Alain Orsoni.

0 60

laportaL’ancien président du FC Barcelone, Juan Laporta, dresse un portrait flatteur de l’attaquant du PSG, Zlatan Ibrahimovic, qui a évolué une saison au sein du club catalan.

Durant cette année passée en Catalogne, Zlatan Ibrahimovic s’est fâché avec Pep Guardiola. Les deux hommes n’étaient pas sur la même longueur d’onde. Malgré tout, président à l’époque, Juan Laporta estime que le Suédois a marqué le club de son passage : « C’est un garçon magnifique et sensationnel. Il a l’air d’un mec sérieux et agressif parfois, mais il est très gentil. C’est un compétiteur de tous les instants » explique-t-il dans les colonnes du 10sport.

« il a une très forte personnalité mais il a toujours été très gentil avec tout le monde. Il a de la correction, du professionalisme. Je me souviens qu’il avait de très bonnes relations avec le vestiaire. Avec Piqué, ils rigolaient tout le temps » a-t-il ajouté.

0 54

La défaite du PSG face à l’OGC Nice samedi (2-1) pourrait relancer la spéculation sur l’avenir de Carlo Ancelotti à la tête de l’équipe parisienne. En presque un an de présence, le technicien italien n’a pas réussi à faire de sa formation une équipe conquérante malgré des moyens colossaux à sa disposition.

Du coup, il n’en fallait pas plus pour relancer le débat sur l’avenir de Carlo Ancelotti à la tête du PSG. Samedi soir, BeIn Sport a fait état de la présence de Pep Guardiola au Qatar. Que fait l’ancien coach du FC Barcelone du côté de Doha. Prolonge-t-il ses vacances après être resté plusieurs mois aux USA, où a-t-il répondu à une invitation des propriétaires du PSG qui souhaitent sonder le technicien catalan au cas où ?

D’autre part, l’attitude de Leonardo après la défaite au Stade du Ray, prête à débat. Contrairement à ses habitudes, le directeur sportif n’est pas passé dans le vestiaire après la rencontre. Il n’aurait même pas pris l’avion avec l’équipe pour rentrer à Paris. Un moyen de se démarquer de Carlo Ancelotti, qu’il a pourtant fait venir l’hiver dernier. Plus que jamais, le PSG est dans le doute. A tous les niveaux.

Retrouvez également l’actualité du PSG chez notre partenaire, ParisTeam.fr

STAY CONNECTED