Devant la situation sportive de son club, Jean Tigana ne veut plus faire de perspective. Le coach girondin souhaite prendre les matches un par un et assurer au moins le minimum : le maintien.

Lors d’un point presse ce jeudi, Jean Tigana a réaffirmé que l’Europe ne faisait plus partie du langage des Girondins de Bordeaux. Sa seule préoccupation est de se concentrer sur le prochain match face à Auxerre, un adversaire direct dans la course au maintien : « L’Europe, il faut oublier. Auxerre est un concurrent direct. Il faut penser à prendre les trois points et à avoir une réaction. Après notre match catastrophique à Lorient (5-1), il va falloir montrer d’autres valeurs, de la détermination et de la volonté. J’attends une réaction de la part de mes joueurs pour apaiser les tensions autour du club » a-t-il déclaré.

Concernant la mise à l’écart de Michel Pavon, Jean Tigana n’a pas souhaité répondre ouvertement : « Il s’est absenté deux jours, c’est tout. Je n’ai pas d’autre chose à dire. Je suis venu pour parler d’Auxerre. Le plus important, c’est la victoire contre Auxerre. Les Girondins de Bordeaux datent de 1881. Ce n’est pas Jean Tigana, Jean-Louis Triaud ou Michel Pavon. Il faut qu’on donne une autre image que nous. Et l’autre image c’est sur le terrain, pas dans les discours qu’on peut avoir en dehors du terrain » a-t-il ajouté.



PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE