HEADER ADS :
France

0 465

Les derniers résultats moyens du PSG ont fragilisé la position de Laurent Blanc à la tête de son équipe du PSG. Le technicien français est sous pression et de mauvais résultats face au Barça pourraient remettre définitivement sa place en question.

« C’est en tout cas ce que pense son ancien coéquipier chez les Bleus, Franck Leboeuf : « Est-ce que ça peut devenir compliqué pour Laurent Blanc ? Oui, ça peut devenir très vite compliqué. Actuellement, ses changements sont très prévisibles, on sait toujours qui va sortir et qui va rentrer. Je crois qu’il faut couper avec la routine et mettre quelques joueurs devant le fait accompli : s’ils font un mauvais match, ce n’est pas parce qu’ils ont un nom qu’ils ne doivent pas sortir. Après, ce club m’a l’air géré aussi par ses hauts dirigeants et ça ne doit pas être facile pour Blanc. »  a-t-il expliqué sur RMC.

0 319
Blaise Matuidi

En dépit des difficultés actuelles de son équipe, le milieu de terrain du PSG, Blaise Matuidi, ne veut pas dramatiser la situation. Il estime que son équipe va se réveiller dans les prochaines semaines et à commencer par le prochain match en milieu de semaine.

On aimerait trouver la solution. On avait l’opportunité encore une fois de tuer le match. On manque encore de réussite et on le paye cash derrière. C’est dur à comprendre mais on va continuer à travailler », a déclaré le milieu francilien. Pour lui, il faut passer à autre chose après ce résultat nul décevant concédé au Parc. « On n’a pas le temps de gamberger. On doit vite se remobiliser et aller chercher les trois points. Il n’y a pas le feu. » a indiqué le joueur parisien en zone mixte.

0 236
Pierre Ménès

Comme il est de coutume chaque semaine, Pierre Ménès a posé son regard de spécialiste sur la rencontre disputée par le PSG face à l’Olympique Lyonnais ce dimanche (1-1). Il reste perplexe devant le début de saison de l’équipe de Laurent Blanc.

« Paris a donc concédé son troisième match nul d’affilée. Par son déroulement, celui-là est un peu plus problématique que les autres. Au Parc des Princes, après un début de match de très bonne facture, le PSG s’était mis dans une position idéale en ouvrant le score sur un joli but de Cavani (ce dernier, quitte à jouer sur un côté, est quand même beaucoup plus à l’aise à droite qu’à gauche). Certains joueurs parisiens, comme Matuidi ou David Luiz, semblaient monter en puissance sur le plan physique. Tout avait l’air à peu près en place, même si Lyon jouait avec beaucoup d’intelligence et de courage. 

Et puis en deuxième période, le PSG a confirmé cette incapacité chronique, depuis le match de Saint-Etienne, à marquer ce deuxième but qui rend le match beaucoup plus facile. L’année dernière, à la soixantième minute, les équipes qui jouaient contre Paris volaient en éclats physiquement. Cette saison, on a l’impression que c’est l’inverse et la disparité de préparation des joueurs à cause de la Coupe du Monde est une excuse qui ne va pas tenir des siècles. On explique mal comment les Parisiens peuvent ainsi disparaître de la circulation en cours de jeu. » a-t-il expliqué.

Et d’ajouter : « Ce PSG-là n’a toujours pas trouvé la bonne carburation. Je persiste à penser que ce n’est pas une question de système mais une question de rendement de certaines individualités. Précédemment, il y a eu Cavani, Thiago Motta ou Matuidi et hier soir, c’était Ibrahimovic. Les Parisiens ont désormais deux oppositions dans leurs cordes la semaine prochaine à Caen et contre Toulouse. C’est à eux de réagir. Même si le temps presse, avec dix points au compteur, les Parisiens ne sont qu’à trois longueurs du premier et c’est tout sauf un drame » conclut Pierre Ménès

0 629
Jean-Michel Larqué

Alors que l’Olympique de Marseille a pris provisoirement la tête de la Ligue 1 à la faveur de son succès face à Rennes, Jean-Michel Larqué estime sur RMC que les Olympiens pourraient bien être les seuls à contrarier les plans du PSG. 

Sur RMC Sports, Jean-Michel Larqué livre son sentiment sur cette équipe marseillaise « made in Bielsa » : « L’OM a rejoint Bordeaux en tête du championnat, d’une manière assez claire et précise, observe le membre de la Dream Team RMC Sport. Ils se présentent peut-être comme le seul adversaire digne de ce nom du PSG dans la course au titre. Face à Rennes, l’OM n’a pas fait de détail. Et en regardant ce match et en épluchant un peu les rencontres de l’OM, je me dis : « Quelle extraordinaire marge de manœuvre à l’OM ! » a-t-il expliqué.

Et d’ajouter : « La saison dernière, le seul qui a tiré l’OM vers le haut, c’était déjà Gignac. Mais incontestablement, il est beaucoup plus affûté. Mais le paradoxe, c’est que cette équipe, avec des joueurs qui, pour certains, sont en-dessous de leur niveau, réussit sur le plan collectif. Ils sont nettement meilleurs sur le plan de la solidarité. Je dois avouer mon incompréhension. Si ce n’est à me raccrocher à l’effet glacière… » a-t-il conclu.

0 868

Arrivé il y a un peu plus d’un an maintenant au PSG, l’attaquant uruguayen, Edinson Cavani, n’a pas encore convaincu à Paris. Pour Arsène Wenger, consultant pour TF1, la présence d’Ibrahimovic semble inhiber l’ancien joueur du Napoli.

« J’aime beaucoup le joueur, j’aime beaucoup son état d’esprit, mais je le trouve un peu jouant avec le frein à main. J’ai l’impression qu’il ne s’exprime pas complètement. C’est vrai qu’en même temps, Ibrahimovic a pris une telle place dans ce PSG-là à tous les niveaux, il reste peu de place pour un attaquant autour de lui » explique Arsène Wenger.

Véritable légende en Italie à Naples notamment, la star uruguayenne peine à Paris : « Alors on va se dire que ça va venir, ça va venir forcément, mais on ne le sent pas totalement épanoui. J’espère que ça viendra » a fait savoir le coach d’Arsenal sur TF1.

0 328
Laurent Blanc

Lors de sa conférence de presse d’avant-match face à l’Olympique Lyonnais, Laurent Blanc, l’entraîneur du PSG, semblait agacé. Notamment des rumeurs laissant entendre que sa place était en danger en cas de mauvais résultat face à l’Olympique Lyonnais.

Dans des propos rapportés par RMC, Laurent Blanc sait qu’il est sous pression : « Un entraîneur, à Paris comme ailleurs, est dépendant des résultats. S’il y a des résultats négatifs, le premier fusible qui sautera, c’est l’entraîneur. Je le sais, il n’y a rien de surprenant. La pression, on l’a. Si nous gagnons à Lyon, il y aura la même pression trois jours après à Caen et ainsi de suite toute l’année » a-t-il d’abord expliqué.

Et d’ajouter ensuite qu' »il y a une pression supplémentaire sur les entraîneurs quand il n’y a pas de bons résultats. Après, quand vous dites que vous sentez que c’est « plus tendu »… Si vous voulez remettre tout en cause et entretenir tout ça, c’est vrai que ça va faire monter la pression. Et ça va me faire monter la pression à moi aussi. Je ne lis pas les journaux mais je les vois. Tout ça fait beaucoup parler, discuter… A Paris encore plus qu’ailleurs, il faut gagner. Même un nul est considéré comme une défaite. »

0 407
Luis Fernandez

Alors que la pression est sur Laurent Blanc suite aux prestations moyennes du PSG depuis le début de la saison, Luis Fernandez estime que les critiques et la pression envers le coach parisien sont injustes.

Sur RMC, Luis Fernandez prend la défense de Laurent Blanc : « L’année dernière, quand Blanc est arrivé et qu’il a mis en place son système, son jeu, tout le monde était unanime, rappelle le membre de la Dream Team RMC Sport. Il y avait une équipe assez plaisante dans la possession, la récupération, le jeu, et assez efficace dans l’ensemble car ils ont quand même réussi à marquer toute une saison » a-t-il expliqué.

« Laurent Blanc et les joueurs ont leur part de responsabilité, je ne suis pas en train de faire une fixation, ajoute Luis Fernandez. Mais ça m’insupporte qu’on fasse une fixation sur un homme ! Peut-être qu’il aurait dû changer quelque chose, donc il a peut-être sa part de responsabilité, mais quand tu n’as pas les forces pour réagir sur le terrain… Pour l’instant il y a du retard, mais arrêtons de dire que c’est l’entraîneur ! Ce sont les joueurs aussi, tout le monde ! Dans notre championnat, il n’y a pas d’opposition. Tu n’as pas l’opposition qu’ont les Italiens, les Anglais, les Allemands, les Espagnols. En janvier ou février, les autres seront à 100%. Et le PSG, en ayant joué un championnat qui n’est pas le meilleur au monde, aura les pires difficultés sur le plan physique. » a-t-il ajouté.

0 1676
Laurent Blanc

Alors que le début de saison du PSG est jugé moyen par les observateurs, en interne, la position de Laurent Blanc à son poste serait fragilisée. Le coach parisien va-t-il pour autant perdre sa place dans les prochaines semaines ? 

C’est du côté de l’Italie qu’on s’interroge notamment sur l’avenir de Laurent Blanc. Le journal Tuttosport annonce ce samedi que l’avenir de Laurent Blanc sur le banc du PSG pourrait prochainement s’assombrir.

Pour justifier cette possibilité, le média transalpin évoque un « contexte délicat à Paris qui pourrait amener Nasser Al-Khelaïfi à explorer d’autres pistes pour remplacer son actuel coach ».

Toutefois, en dépit de  performance jugées moyennes, il est à noter que le PSG n’a pas perdu une seule rencontre officielle depuis le début de la saison.

0 440
Zlatan Ibrahimovic

Le journaliste et polémiste, Bruno Roger-Petit, qui tient un blog sur le site Sport24-Le Figaro, a commenté la dernière performance du PSG sur la pelouse de l’Ajax Amsterdam en Ligue des Champions. Il estime une fois de plus que Zlatan Ibrahimovic tient son équipe à bout de bras.

« Trop de Zlatan au PSG tue le Zlatan, et le PSG avec. Laurent Blanc doit se donner les moyens de libérer l’équipe de cette dépendance psychologique qui tourne au boulet technique quand rien ne se passe comme prévu. A titre d’exemple, ne pas laisser Ibrahimovic décider de tirer les coups francs quand il est évident qu’il n’est pas dans un bon jour. On citera ici Bill Shankly, l’entraineur de Liverpool, qui répondait invariablement ‘Liverpool’ à la question ‘Qui est le meilleur joueur de Liverpool ?’ Il est temps que le PSG se mette à jouer pour le PSG avant de jouer pour le seul Zlatan » explique le journaliste. 

STAY CONNECTED